Par où commencer? Par où finir?

Plus d'un an s'est passé depuis mon dernier poste mais quelle année! Pour faire court, une opération de la thyroïde, dans un état fragilisé par une grosse fatigue due aux symptômes d'une hyperthyroïdie. Une opération avec des sequelles puisque mes parathyroïdes (petites glandes qui régulent notamment le calcium dans l'organisme) ont été touchées et n'ont plus jamais refonctionné après ça. J'hérite d'une maladie chronique, peu connue, invisible, difficile a réguler. Prise de médicaments à vie en plus de ceux pour remplacer la thyroïde. Je ne rencontre pas tout de suite les bons médecins, ceux qui osent dire ce que vous avez, par quoi vous aller passer...je galère, suis malade, épuisée, le burn out me guette. Je ne suis plus capable de m'occuper de mes enfants, je les vois comme des agresseurs qui me torturent, je n'ai que la colère pour m'exprimer. Je me fais peur.

Et je dors, je dors...je vis avec cette maladie comme une vieille femme ou quelqu'un bourré de somnifère. Je ne suis plus adaptée à ma vie. Je n'ai plus d'énergie. J'étais une mère de 3 enfants, active et vivant à 200km/h. Je deviens une larve, incapable de se relever, de demander de l'aide et incapable de comprendre ce qu'il se passe. Jusqu'au repos forcé. Un professeur réputé qui me dit les choses, même si je ne veux pas les entendre. J'arrête de travailler (je n'en étais plus capable de toute façon) et c'est le drame. Fauchée en plein vol. Celle qui se prenait pour superwoman se crash! Le vide...la panique...le vertige même. Gros déséquilibre. Je me décide à appeler ce psychologue qu'une amie m'a conseillé. Heureusement pour moi! Symptômes dépressifs, pertes de mémoires flippantes, de moments de vide ou de panique où je suis incapables d'entamer une conversation sans fondre en larme. Et depuis des mois, depuis un an à vrai dire je travaille. Je travaille sur moi avec ce psy puis seule, je fais une grosse mise à jour, je nettoie le disque dur. Des découvertes (de quoi ai-je besoin? de quoi ai-je envie? moi, Blandine et pas moi, la mère de mes enfants.) J'avais mis ma vie de côté il y a plus de 14 ans en devenant mère. J'avais reporté à plus tard tout ce qui faisait moi. Je m'étais perdue en chemin. Je ne connaissais plus mes goûts, mes envies, ce qui me plaisait ou non.

Ce coup du sort est une vraie chance, même si c'est douloureux.

Alors j'ai recommencé là où je m'étais quittée, grosso modo j'ai repris le cours de mes rêves d'il y a 20 ans. Des petits rêves genre "liste des choses de que ferai lorsque j'aurai du temps devant moi". Il y a eu : "lire tout Proust", envie de mes 20 ans lorsque mes études ne me le permettaient pas. J'ai lu deux tomes avant de me rendre compte que oui, c'était génial mais j'avais finalement envie de lire autre chose aussi. De fil en aiguille je me suis dirigée vers des livres de philo, découvert Spinoza et Roger Pol Droit, puis de la psycho, des lectures sur le bonheur, l'estime de soi, la méditation (merci Christophe André!). J'ai découvert de nouvelles choses, de nouveaux goûts. J'ai repris le sport, commencé la sophrologie et là aussi j'ai cheminé jusqu'aux pilates. Je me tate encore pour le tango!

Je ne veux plus m'abandonner. Je ne veux plus vivre comme avant.

L'amitié aura été très importante. Des déceptions bien sûr. Voir les autres vivre à 100 à l'heure et qui ne prennent pas le temps de vous voir, vous, l'immobile. Mais il y a eu aussi les béquilles, celles qui vous relèvent, qui vous permettent de marcher quand vos jambes ne vous portent plus. Et ce qu'il y a de bien avec les béquilles c'est qu'une paire vous suffit et vous porte loin. Merci Virginie.

Les autres restent là, je n'ai pas de rancune. Ca ne m'empêche pas de passer de bons moments avec eux, de très bons moments même. Ils me restent indispensables.

Aujourd'hui je vais mieux, je me prépare à reprendre mon travail. A mi-temps thérapeutique d'abord, histoire de surveiller mes vieux démons? Accompagnée par le psy qui me prépare une feuille de route comme un enfant qui remettrait les petites roues à son vélo. Mais j'accepte les petites roues, je sais que ce n'est que transitoire et que je sais faire du vélo, j'accepte juste, et c'est nouveau, d'être aidée et de demander de l'aide. Wonderwoman n'existe plus et le père Noël n'a jamais existé. La vie est ainsi faite, faisons avec!

A vous qui m'avez lue j'écris ces quelques mots pour ne pas partir comme une voleuse. J'écris ces quelques mots pour qu'ils servent peut-être aussi à ces mamans qui se reconnaîtront peut-être avant le crash. Ce blog, c'était du plaisir mais c'était celui d'une maman qui ne vivait que derrière ses enfants, ces moments étaient beaux mais ils ne peuvent plus exister tels quels. La maman est devenue AUSSI autre chose et c'est tant mieux pour tout le monde.

Je réfléchis à un autre blog, sous une autre forme, peut-être un jour?

Portez vous bien.